Née le 3 mars 1965 à Dakar ( Sénégal) dans une famille de griot, Maty Thiam ou Maty Thiam Dogo (Dogo est le prénom de son père) commence à chantonner à l’âge de six pour ses petites copines de classe en l’absence de leur instituteur. A la préadolescence, elle chante lors des mariages, baptêmes et autres fêtes de quartier et plus tard, quitte l’école pour une formation de couturière. À l’âge de 15 ans, elle débute professionnellement comme choriste de sa tante Soda Mama Fall. Ainsi commence l’aventure musicale de Maty Thiam Dogo, formée à l’école de la musique lyrique sénégalaise et du mbalax-fusion…”

En 1982, sur les recommandations de ses tantes Soda Mama Fall et Kiné Lam, elle rejoint un artiste connu pour son militantisme, Ouza Diallo, à la recherche d’une belle voix féminine pour son groupe.

Marqué par la voix haut perchée de la jeune chanteuse en écoutant une cassette de Soda Mama Fall, le compositeur et bassiste de Youssou Ndour, Kabou Guèye, lui propose de produire sa première cassette, sans avoir écouter la moindre maquette. Ainsi sort en 1996 Yoonu ndaw du gaw (“Petit à petit l’oiseau fait son nid” en wolof), composé par Kabou et arrangé par le maestro Cheikh Tidiane Tall et titre dédié à ses tantes. Le public découvre alors son style, un mbalax-fusion empreint de “samba mbayane”, chant des griots laudateurs destinés à remercier et à rendre hommage à leurs bienfaiteurs. Ce style est initialement pratiqué lors des Sambabaybayane et des xawaré, des soirées traditionnelles où les griots recoivent des présents, notamment financiers de la part de leurs “diatigués” (bienfaiteurs).

Deux ans plus tard, Maty Thiam Dogo enregistre sa seconde cassette, Ku sumb tooy, réalisée par le même duo. Suivront Santati Serigne Fallou (2000), un hommage à Serigne Falilou Mbacké, troisième khalife de la confrérie des mourides fondée par son père Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), et Nobel (2004). Cette même année, Maty Thiam Dogo et sa tante Soda Mama Fall font un featuring sur le titre “Ritmo de Negros” de l’album Costa Negra de la chanteuse péruvienne Tania Libertad. On y retrouve aussi Cesaria Evora (“Historia de un Amor”) et Ousmane Touré (“La Mulata”).

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Ajouter un commentaire

Laissez un commentaire