“Né le 2 décembre 1935 à Douala, au Cameroun, Manfred Ebanda est un auteur-compositeur, guitariste et interprète. Ancien comptable à l’OAPI (Organisation africaine de la propriété intellectuelle), il s'est imposé sur la scène makossa et s'est rendu célèbre dans le monde grâce à sa chanson "Ami Oh" avec Nelle Eyoum ("Amie" à l'origine) reprise par de nombreux artistes, dont Francis Bebey, Bébé Manga, Henri Salvador, Uta Bella, Monique Séka, Nayanka Bell, Awa Maïga, Bisso Na Bisso, Manu Dibango, Angélique Kidjo et Papa Wemba, et bien d'autres… Manfred Ebanda disparaît le 3 septembre 2003.”

Manfred Ebanda et Villa Vienne

Dans les années 1960, Manfred Ebanda forme un duo devenu très célèbre avec la chanteuse Villa Vienne qu’il épousera en 1965. Ils enregistreront plusieurs albums dans les années 1960/1980, dont « Sister Muna », « Mbua Madale », « Lolo », « Sesse Ni / Eyala » (avec Orchestre Toumba Africa), « Elimbi / We Ntuba » (avec Orchestre Toumba Africa), « Enumedi / Con sabor la tumba » (avec Orchestre Toumba Africa), « Ewekedi / Loko O Mboa » (avec Orchestre Tumba Africa) ou encore « Malobe / Oko ! O ! » (avec Orchestre Tumba Africa).

« Ami Oh » (« Amie »), un méga hit international

En 1960, Manfred Ebanda, âgé de 24 ans, s’éprend à Yaoundé d’une jeune lycéenne nommée Amié Essomba Brigitte. Celle-ci, déjà enceinte et contrainte d’abandonner ses études, éconduit les avances du chanteur, prétextant qu’elle ne pourrait s’engager, avant que son enfant ne soit plus âgé. Désespéré, Manfred compose « Amie », une complainte amoureuse enregistrée en 1962 à la radio camerounaise : “Amié, njika bunya so mo, oa mo o ma dubè no, na mba na tondi oa?” qui veut dire ”Amié, quand croiras-tu enfin en mon amour?“.
Manfred Ebanda réalisera avec son compatriote Nelle Eyoum une nouvelle version de cette chanson intitulée « Ami Oh ».

La chanson devient un tel succès qu’elle sera reprise aussitôt par des artistes comme Francis Bebey et Paul Ebeny. Dans les années 1970, alors qu’elle anime les nuits chaudes du club Son de Guitare à Abidjan, en Côte d’Ivoire, sa compatriote Bébé Manga interprète une nouvelle version, magnifiant cette chanson devenue un méga hit international.

« Ami Oh » sera repris par de nombreux autres artistes, dont le chanteur antillais André Astasié (sous l’intitulé “Pension Alimentaire”), Henri Salvador (1982), Uta Bella, Monique Séka, Nayanka Bell, Awa Maïga, Bisso Na Bisso, Manu Dibango, Angélique Kidjo et Papa Wemba, et bien d’autres…

La version d’African Connection de Denise et Bloco, aux parfums coupé-décalé, sera classé dans le Top 6 en France pendant 19 semaines en 2004.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire