“Née au milieu des années 1980 au Sénégal, Ngnima aka Tie est une auteur, chanteuse et compositrice d’origine sérère. Installée en France en 2000, elle se lance dans une carrière musicale en 2007 proposant sur des textes poétiques et puissants une musique expérimentale, fusion de tassou (forme de rap traditionnel sénégalais) hip hop, de jazz, de rock et de musique psychédélique). Tie s’exprime dans ses textes en Wolof, Sérère, Français, Anglais. Elle a collaboré avec des artistes tel que Doctor L , les Black Cowboys, le rapper californien Raashan Ahmad, le guitariste et compositeur Hervé Samb et la chanteuse Mamy Kanouté. ”

Une fratrie d’artistes

De leur mère, les frères et sœurs ont hérité les chants sérères. De leur père, militaire ayant participé à l’opération Fodé Kaba en Gambie en 1980, il les a longtemps poussés à privilégier les études, « sans conteste la culture du travail », estime Ngnima.
Dans la famille Sarr, difficile de passer à côté de Felwine Sarr, penseur de l’essai « Afrotopia », initiateur des « Ateliers de la pensée » à Dakar et coauteur d’un rapport très remarqué sur la restitution des œuvres africaines au continent remis au chef de l’État français, Emmanuel Macron, et publié à la fin de 2018.

Outre Felwine et sa sœur Ngnima aka Tie, Les Sarr sont une famille de musiciens comprenant les frères Sahad (« moisson » en sérère), Majnun, Saliou aka Alibeta ou encore Youssoupha.

« La restitution des œuvres africaines n’est pas un geste du prince; Elle va dans le sens de l’Histoire. »

Son parcours

Ngnima, surnommée la poétesse, pratique le Tassû (joute oratoire) avec autant d’aisance qu’elle chante, entourée de ses musiciens, au sein de Tie and The Love Process, Djibril aka Majnun et ses contes oniriques…
En 2011, elle monte le groupe « Tie and the love Process » en compagnie de Thomas Hugenel à la basse, Martin Wangermée à la batterie, Stéphane Berti à la guitare et Cédric Ricard au saxophone baryton et à la flûte) construisant un espace sonore et visuel, qu’elle nomme « Afro-Space Poetry » sur une musique aux accents psychédéliques autour du tassu, forme de rap traditionnel sénégalais. En 2013, sort son premier EP, « Life Is Not a Waiting Game », expression de sa quête musicale originale.

En 2016, Tie participe à l’album « Women groove Project », une combinaison afro-beat, électro, soul, musique mandingue et mbalax. Cette initiative de Ousmane Faye, fondateur du Festival Banlieue Rythme de Dakar a pour vocation de donner la parole aux femmes et réunit le guitariste et chanteur Hervé Samb, directeur musical du projet, Mamy Kanouté (Jamaïcain Ernest Ranglin et les African Divas du producteur Frédéric Galliano) et Ngnima Sarr.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire