Titres:
1. Né nana 5’07
2. Koya Blues 3’01
3. Djarabi (Abou Diarra feat. Toumani Diabaté) 4’05
4. Tunga 3’33
5. Djalaba 3’17
6. Mogo Djigui 3’49
7. Sougoi Mandi 3’52
8. Kamelen Kolon 4’31
9. Abounicolas 4’06
10. Ma chérie 3’44
11. Labanko (Abou Diarra feat. Toumani Diabaté) 4’38 Radio Edit
12. Né nana 3’23
13. Djarabi 3’23 ”

Né en 1975 à Sanankoroni-Togola, commune de Niéna, dans la région de Sikasso, haut lieu de la musique Wassoulou au sud du Mali, l’auteur, compositeur, chanteur et joueur de kamalé ngoni (harpe-luth), Abou Diarra aka Djiné Abou est issu d’une grande famille de chasseurs-féticheurs. Ouvert à divers courants musicaux, il développe un style tiré de la musique mandingue, version wassoulou, intégrant blues, jazz, reggae ou groove, et soutenant des textes sur le voyage, l’exil ou encore le mouvement, chantés en bambara (une des langues mandingues)…

En 2016, Abou Diarra sort « Koya », une rencontre entre le style wassoulou de la musique mandingue et le blues noir américain. « Koya », c’est aussi une déambulation poétique entre la terre aride du Mali, la douce mélancolie du kamalé ngoni, les arbres du Mississippi et les vibrations urbaines de Nicolas Repac. Avec « Koya », Abou Diarra sera élu « Coup-de-cœur » de l’Académie Charles Cross.

Abou Diarra compte parmi ces artistes rares qui ne s’engagent dans un nouveau projet qu’après y avoir été poussés par une nécessité intérieure profonde. « Koya » ainsi nommé pour rendre hommage à sa mère éponyme, s’inscrit dans la continuité d’une longue réflexion musicale en même temps qu’il emprunte de nouvelles directions. Pour la première fois, Abou se confronte aux tissages de samples de Nicolas Repac, à ses grooves plus électro, mais aussi au blues de l’harmoniciste Vincent Bucher. Pour autant, au kamélé ngoni comme au chant, habilement soutenu par la kora de Toumani Diabaté (« Djarabi », « Labanko »), et les musiciens du Donko Band, il ne s’écarte jamais d’une spiritualité musicale authentiquement malienne. La ferveur d’Abou Diarra transparaît dans chaque note de cet album tout de richesse humble et entièrement à son image : une sincérité absolue, une pleine acceptation de la vie considérée comme un devenir constant, et surplombant le tout, le sentiment serein d’une harmonie supérieure.

Fiche:

Abou Diarra : auteur-compositeur, kamélé ngoni, percussions, voix, chœurs

Nicolas Repac : directeur musical, sample, guitare

Amadou Daou : percussion

Daouda Dembelé : guitare

François Piriou : contrebasse électrique

Jean-Sébastien Masanet : basse

Koyan Diarra : voix sample

Martin Coriton : batterie

Moussa Koita : keyboard

Vincent Bucher : harmonica

Simon Winsé : flûte

Mariam Tounkara : chœurs

Guest : Toumani Diabaté : kora (« Djarabi », « Labanko »)

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire