“Né en 1962 à Kankan en Guinée, Djéli Moussa Diawara est un auteur-compositeur, interprète, guitariste, joueur de bolon, de balafon et korafola virtuose (joueur de kora), influencé par Batrou Sékou et son grand frère Mory Kanté, le père du fameux "Yéké Yéké". La rencontre de ce virtuose de la kora avec Bob Brozman ("Ocean Blues" - 2000) constitue un pont culturel entre la Guinée et Hawaï (entre l'Afrique et l'Océanie). ”

Issu d’une famille de griots (son père est balafoniste, sa mère est chanteuse), Djéli Moussa Diawara a développé une relation très intime avec sa kora à 32 cordes au lieu de 21. Resté très proche des rythmes traditionnels, il a su par ailleurs extraire de son instrument mandingue des styles inattendus : musique mandingue (malinké, bambara, soussou, soussou), afro-pop, afro-folk, afro-cubain (salsa africaine), reggae, flamenco, blues et jazz.

Kora Jazz Trio

En 2004, Djéli Moussa Diawara, Moussa Cissokho (percussions) et Abdoulaye Diabaté (piano) fondent le Kora Jazz Trio, développant un afro-jazz inédit, fusion de musique mandingue, de sonorités sénégalaises (mbalax wolof) et de jazz.

Collaborations

Artiste éclectique, Djéli Moussa Diawara a glissé les notes de sa kora dans les musiques de divers artistes ou de bandes originales de film : Stephan Eicher (« 1000 vies » – 1996), Johnny Copeland (« Bringin’ It All Back Home » – 1985), Doudou Ndiaye Rose, Papa Wemba, Gilles Servat, Jean-Marie Mallet, Hyacinthe Massamba, Kevin Mfinka Tsamouna, Hervé Lannez, Dominique Dallon, Le Bagad Kemperlé, Les Tambours du Congo (« Keltiafrica » – 2004), Michel Ocelot (B.O. du film d’animation « Kirikou et les Bêtes sauvages » – 2005), Éliane de Latour (B.O. du film « Après l’océan » – 2006), Mayra Andrade (Stória, stória – 2009) ou encore l’accordéoniste malgache Regis Gizavo (invité sur la chanson « Makoura » du CD « Yékéké » – 2010)…

Saint-Denis, Seine-Saint-Denis

Installé depuis plusieurs années à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis (France), Djéli Moussa Diawara livre son regard sur sa commune d’adoption : « Je suis venu à Saint-Denis rejoindre mon frère Mory Kanté. J’ai vécu huit mois chez lui. J’adore l’ambiance de Saint-Denis. Dans certains endroits, je me sens en Afrique. Lors du festival Africolor, j’ai joué au Théâtre Gérard Philippe. Ça m’a impressionné de jouer sur une grande scène et dans une salle moderne. Je passe souvent au théâtre pour voir ce qui s’y passe. »

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Ajouter un commentaire

Laissez un commentaire