“Auteur-compositeur, interprète et guitariste virtuose de rumba congolaise, Henri Bowane est né en 1929 au Congo Kinshasa... Premier guitariste à lancer le picking dans son pays, adepte du style "zebola" du peuple Mongo et fondateur du Ry-Co Jazz, Henri Bowane fut, au début des années 1950, le premier chef d'orchestre et arrangeur du studio Loningisa du producteur grec Papadimitriou.”

Bowane, directeur artistique de Bana Loningisa

Papadimitriou lui confie la direction artistique de Bana Loningisa (« Les jeunes de Loningisa » en lingala), la formation de son studio d’enregistrement composée, entre autres, de Philippe Lando « Rossignol », Pandi Saturnin, Daniel Lubelo « De La Lune », Edo Nganga, Munganya « Roitelet », Bossuma Dessouin, Decca Mputu…

Henri Bowane et Franco

En 1953, Henri Bowane dirigera le premier enregistrement d’un jeune artiste de 15 ans nommé François Luambo Makiadi aka Franco (« Bolingo na ngaï Béatrice » (Mon amour pour Béatrice)).

Ry-Co Jazz

Orchestre phare des années 1950-1960, Ry-Co Jazz (Ryco Jazz, Ry Co, Rico-Jazz, Ricco-Jazz) a reçu en son sein de nombreux artistes, dont Panda Gracia (basse), Freddy NKounkou (voix), Pierre NDinga (guitare), Mbilia Casino (congas, voix), Fidel Bateke (clarinette), Jean-Serge Essous (sax) ou encore Jerry Malekani aka Bokilo (guitare).

Ry-Co Jazz a non seulement développé la rumba et le soukouss congolais, mais s’est attelé à explorer divers autres styles musicaux : « zebola » du peuple Mongo, charanga, merengue, pachanga, cha cha cha, bolero, mambo, calypso, biguine, twist…

Leur réputation et leur musique variée et cadencée dépassent bientôt les frontières des deux Congo : Congo Léopoldville (Lépoldville devient Kinshasa en 1966) et Congo Brazzaville. Ils sont alors invités dans divers pays d’Afrique entre 1960 et 1964 : Sierra Leone, Côte d’Ivoire, Guinée, Gambie, Ghana, Liberia et Sénégal où il enregistre à Dakar pour Vogue. En 1964, ils sont à Paris pour plusieurs spectacles. Trois ans plus tard, ils sont en Martinique pour une soirée au Bantou, un club géré par un compatriote. Le succès est tel qu’ils y décrochent un contrat d’un an pour animer le club de l’hôtel Bakoua.

ry_co_jazz_fiche.jpg

Ce séjour dans les Antilles leur permet d’enregistrer un album dans le studio du producteur guadeloupéen, Henri Debs. Ils réalisent ensuite une tournée qui les mène à La Grenade, à Barbade, à Porto Rico, à La Guyane et au Vénézuéla. La scission du groupe aura lieu en 1972 à leur retour à Paris.

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire