“Né à Douala, au Cameroun, Joseph Ekambi Tongo Mpondo aka Jo Tongo est un auteur-compositeur, arrangeur, interprète, percussionniste et bassiste de renommée mondiale explorant divers styles musicaux : afrobeats (makossa, bikutsi…), afro-funk, afro-soul, afro-jazz, jazz-funk, afro-blues, disco, afro-reggae… Avec Manfred Long, Jean Dikoto Mandengue et Vicky Edimo , celui que l’on surnomme Jojo Tongo ou Jojo L’Explosif est l’inspirateur de plusieurs générations de bassistes du Cameroun.”

Le funk expérimental africain

En 1964, Jo Tongo se rend à Paris pour des études pharmaceutiques mais très vite il est happé par sa passion, la musique. Dès lors, il se lance dans une carrière musicale. En 1966, il sort sous son pseudo Jojo L’Explosif « Get It The Way I Like », son premier succès de Jo Tongo où il est à la guitare, la basse étant assurée par Jean Dikoto Mandengue. L’année 1968 le voit enregistrer « Dig It Babe », un autre succès qui vient confirmer son funk expérimental africain

Collaborations

Tout au long des années 1970, Jo Tongo posera, en studio ou sur scène, ses lignes de basse dynamiques sur les musiques de divers artistes, dont ses compatriotes Uta Bella, première diva de la musique camerounaise, Manu Dibango, André-Marie Tala, Manfred Ebanda. Il a aussi joué avec des artistes de renom comme les Américains Memphis Slim et Bobby Few, les Congolais Joseph Kabasélé et Franklin Boukaka ou encore le Jamaïcain Ky-Mani Marley, un des fils du célèbre reggaeman Bob Marley (1945-1981).

Ses projets

En 1976, Jo Tongo enregistre pour Fiesta « Piani / Wengé », un 45 tours au beat afro-funk, mélange de sonorités africaines (dont le makossa de sa région) et de funk.

La même année sort son album éponyme « Jo Tongo » (Fieta/Decca), chanté en douala (sa langue maternelle), en français ou en anglais, et comprenant « Piani » et « Wengé » de son premier 45 tours, mais aussi des chansons comme « Jangolo », « Boso Bongo », « A’Muna », « Ewande » ou encore « Muasa Loko »… Dans la lignée de son funk expérimental africain, cet opus intégrant aussi du jazz, de la soul, du blues, du disco ou du boogie, est enregistré avec Seydou Yaffa (percussions), Slim Pezin (guitare), Nanou Belhacine (drums), Steve Pascal (keyboards), Patrick Bourgouin (saxophone), Jacques Bolognesi (trombone) et Francis Stekar (trompette).

Autres réalisations

Jo Tongo réalisera plusieurs autres projets, dont « Those Flowers » (1977), « Sa Discossa » (1970’s), « Apocalypse Non » (2003), « Landgan » (2010), « Shine On » (2015), « Afro Funk Gems Volume Five » (Jo Tongo / Sookie) (2015), « African Funk Experimentals (1968-1982 + 2017) » (2017)…

Bassiste de renommée internationale, Jo Tongo a investi de nombreuses scènes du monde et a joué devant de nombreux chefs d’État de divers pays africains, Cameroun, Togo, Nigeria, ex Zaïre (République Démocratique du Congo)… mais aussi devant le Prince Albert II de Monaco.

*Crédit photo : Bill Akwa Betote

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire