“Née en 1988 à Dakar, au Sénégal, dans une grande famille de djélis (griots), Fanta Cissokho aka Fanta Style est auteure-compositrice et chanteuse à la voix chaude, développant une musique folk-pop, intégrant par endroits la musique mandingue, afro-cubain. Fanta Style se révèle en 2019 en lançant son premier clip "Niun niar" ("Nioun niar") qui signifie "nous deux" en wolof.”

Un air familial de kora

Fanta Cissokho est la fille de Chérif Cissokho, lui-même fils du « Roi de la kora », Kémokho Kandara Bamody Cissokho dit Soundioulou Cissokho (1921-1994) et plutôt architecte et facteur de koras que musicien comme son papa et ses frères.
Fanta avait six ans quand disparaissait son célèbre aïeul. La jeune femme vit donc avec le souvenir raconté de son grand-père qui a sillonné le monde avec sa femme Maa Hawa Kouyaté et l’Ensemble lyrique traditionnel Daniel Sorano. Aujourd’hui, elle a son propre destin artistique à écrire.

La petite-fille du regretté virtuose musicien sénégalais Soundioulou Cissokho veut perpétuer l’héritage familial, à l’instar de ses oncles paternels, Djéour, Prince, Ali Boulo, Ablaye ou encore les nombreux héritiers de la lignée mandingue de son grand-père. Réputés grands joueurs de kora, cette famille venue de la verte et culturelle Casamance au sud du Sénégal, perpétue la tradition mandingue depuis trois générations.

Ses débuts

Dès le Collège, Fanta Cissokho décide vivre sa passion pour la musique. Au début elle s’est mise au rap, comme ses frères et les jeunes de son quartier Golf dans la banlieue dakaroise.

Après ses débuts dans la musique en 2005, Fanta Cissokho rejoint l’Ecole nationale des Arts pour apprendre les rudiments de la guitare, du piano et de la kora. Même si elle n’excelle pas encore dans la maîtrise de cet instrument traditionnel, comme jadis son aïeul.

Son parcours

Fanta intègre ensuite le groupe Batù Jiggen (« la voix de la fémme » en wolof), avant de participer en 2008, au concours musical de jeunes talents « Case Sanga 2 », une téléréalité lancée au Mali.

Lauréate et représentante du Sénégal à ce concours à Bamako, elle participe à une résidence artistique de quatre mois dans la capitale malienne. Une belle expérience musicale pour la jeune femme qui y côtoie plusieurs célébrités de la musique africaine comme Tiken Jah Fakoly, Amadou & Mariam, Oumou Sangaré, Madou Diabaté et le parrain de l’édition, son compatriote Baaba Maal

Ses projets

En juin 2019, Fanta Cissokho lance sous le pseudo Fanta Style « Niun niar » (« Nioun niar ») qui signifie « nous deux » en wolof, son premier single chanté en wolof et laissant entendre une musique entre folk-pop, musique mandingue, afro-cubain, mbalax très soft, RnB/soul, avec des incursions dans la musique peule (donnée par la flûte peule).
Un an plus tard, Fanta Style enregistre pour Karantaba Records « Xalé yi » (« les enfants » en wolof) une chanson sur les enfants des rues, dans la même veine que le précédent.

En décembre 2021, Fanta Style enregistre « Sa wett » qui veut dire « ta solitude » en wolof, un single fidèle à son style musical.

*Source : Chérif Cissokho

À propos de l'auteur

Nago Seck

Nago Seck

Laissez un commentaire