Le temps de l’Ubuntu

La situation humanitaire en Centrafrique est dramatique. Le conflit actuel a fait de très nombreuses victimes. De grands musiciens se mobilisent pour un concert de solidarité le lundi 10 mars à 20h30 au Théâtre de la Ville de Paris.

Ce concert, Le Temps de l’Ubuntu*, terme qui signifie à la fois, interdépendance, partage, solidarité, réunira 6 groupes de chanteurs et musiciens issus du continent africain: Ray Lema, Youssou Ndour, Bonga, Lokua Kanza, So Kalmery, Idylle Mamba.
_L’intégralité des recettes de la billetterie servira à la reconstruction de l’Espace Linga Téré, lieu de partage, de citoyenneté et d’art à Bangui, détruit au cours des récents événements.

Par ailleurs, dans les prochains mois, une caravane de la paix, organisée par l’Espace Linga Téré, voyagera avec la pièce de théâtre Songo la rencontre à travers toute la Centrafrique.

* Ubuntu: Provient d’un ancien mot bantou. Une personne d’Ubuntu désigne une personne intimement liée à ce que sont les autres. Le mot est parfois traduit par: Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous. C’est un concept fondamental de la philosophie de la réconciliation développée par Desmond Mpilo Tutu avec l’abolition de l’apartheid. Ce mot signifie aussi en kinyarwanda, la langue rwandaise, et en kirundi, la langue burundaise, humanité, générosité.

Ce concert de solidarité est organisé par le Théâtre de la Ville et l’IREA-Maison de l’Afrique, en partenariat avec les Afriques au Grand Parquet.

Idylle Mamba – Centrafrique

Née à Bangui, République Centrafricaine, benjamine de 16 frères et sœurs, Lydie hérite du nom de Mamba, qui, dans sa langue, signifie sourire. D’une simple anagramme, Lydie Natacha Cerbonney (son vrain nom) deviendra Idylle Mamba sur scène. En 2004, à l’Alliance Française de Bangui, elle remporte le prix de la Chanson francophone et effectue les premières parties de Lokua Kanza et Tiken Jah Fakoly. Syncrétisme de rythmes ancestraux Centrafricains et actuels, issus du jazz ou du blues, sa musique se révèle créative et exotique. Ses textes traitent de sujets universels tels que l’injustice, la guerre, l’exclusion, le racisme ou encore l’excision. Ils soutiennent également la valorisation du genre féminin et la reconnaissance de la Centrafrique, de sa culture et de ses traditions. Idylle Mamba vient d’enregistrer avec Youssou Ndour One Africa, un titre en solidarité avec la Centrafrique.

* Plus d’infos sur l’artiste: cliquer ici

Idylle Mamba & Youssou Ndour – Centrafrique/ Sénégal

Youssou Ndour le précise d’emblée: “C’est le chanteur qui parle, pas l’homme politique, conseiller spécial de la Présidence sénégalaise”. Il n’empêche. Comme souvent avec lui, engagement et musique sont intimement liés dans son nouveau projet. La star africaine vient d’enregistrer une chanson inédite, intitulée One Africa, pour la paix en Centrafrique. Un duo symbolique. Le musulman Youssou Ndour l’a enregistré, à Dakar, avec la chrétienne Idylle Mamba, artiste centrafricaine. (Le Parisien, 16 fév. 2014)

* Plus d’infos sur les artistes :

Idylle Mamba : cliquer ici

Youssou Ndour : cliquer ici

Youssou Ndour (voix et piano) – Sénégal

Doit-on présenter Youssou Ndour, auteur-compositeur, interprète et musicien sénégalais ? En mars 1985, le Théâtre de la Ville l’accueillait pour un concert à Paris ! “Roi du mbalax” dans son pays, star internationale, il n’a cessé de mener deux vies parallèles. Il devient patron de presse en 2003. Il s’engage dans le mouvement anti-Wade et devient, au sein du gouvernement d’Abdoul Mbaye, ministre de la Culture et du Tourisme du Sénégal à partir d’avril 2012 puis ministre du Tourisme et des Loisirs du 29 octobre 2012 au 2 septembre 2013, avant d’être rattaché au président Macky Sall comme ministre-conseiller.

* Plus d’infos sur l’artiste : cliquer ici

Ray Lema (voix et piano) – République Démocratique du Congo

Avec Ballou Canta (voix), Freddy Massamba (voix, percussions), Rodrigo Viana (guitare acoustique)

Pianiste, guitariste, et compositeur, Raymond Lema A’nsi Nzinga dit Ray Lema est
congolais (République Démocratique du Congo). Il a multiplié les rencontres musicales en jouant notamment avec Tony Allen, l’ex-batteur et alter ego de Fela Anikulapo Kuti, ou Francis Lassus, l’ex-batteur de Claude Nougaro. En 2013, il signe la musique de la pièce de théâtre “Une nuit à la présidence” de Jean-Louis Martinelli, qui sera mise en scène par l’auteur, en 2014, au Théâtre Nanterre-Amandiers. L’Académie de Musique Charles Cros a remis à ce poly-instrumentiste et rythmicien hors pair un Grand Prix 2013 pour l’ensemble de sa carrière et son dernier album VSNP (Very Special New Production). Il sera accompagné sur scène de Fredy Massamba, du Congo Brazza. “J’ai longtemps cherché un frère en Afrique avec qui partager mes voyages musicaux, des musiques traditionnelles à la musique moderne, en passant par le jazz, le rock, le hip hop et la soul et je l’ai enfin trouvé, le voici, il s’appelle Fredy Massamba!” C’est en ces termes que Ray Lema présente son jeune complice sur scène, un des membres fondateurs des Tambours de Brazza.

* Plus d’infos sur l’artiste : cliquer ici

Bonga (voix – musique en play-back) – Angola

Né en Angola, Bonga Kuenda, de son véritable nom José Adelino Barceló de Carvalho, commence sa carrière de chanteur à 15 ans. Délaissant ses records en athlétisme à partir de 1972, il se consacre à la musique, se faisant rapidement connaître dans son pays d’origine, ainsi qu’au Portugal. Après la révolution des œillets en avril 1974, il devient un “hit” auprès des immigrants des anciennes colonies portugaises, comme auprès des portugais d’origine européenne ou africaine. Il compte plus d’une trentaine d’albums à son actif, chantant en portugais ou en angolais traditionnel. Ses titres sont un mélange de sons populaires portugais, de semba, kizomba, agrémenté d’éléments d’origine latine. Déjouant les frontières géographiques et musicales, figure de proue de la musique angolaise, Bonga est le chantre d’une africanité sublimée, la voix d’un Angola moderne et apaisée.

* Plus d’infos sur l’artiste : cliquer ici

Lokua Kanza (voix, guitare) – République Démocratique du Congo

Métis de père congolais et de mère rwandaise, Lokua Kanza est né en République Démocratique du Congo. Très vite, la famille Lokua s’installe à Kinshasa, la capitale ; une occasion pour le jeune Pascal de fréquenter les chorales chrétiennes mais aussi de se laisser gagner par l’ambiance musicale de l’époque, dominée par des “monstres sacrés” comme Joseph Kabasélé aka Grand Kallé ou François Luambo Makiadi dit Franco. Initié à la musique par Ray Lema, avec lequel il collaborera, il s’inscrit au Conservatoire de Kinshasa avant de prendre la tête, à 19 ans, du Ballet national de Kinshasa. Cette opportunité lui permet d’accompagner la star de la musique africaine Abeti Masikini, auprès de laquelle il acquiert une expérience sans précédent. En 1984, Lokua Kanza s’installe en France, s’inscrit dans l’une des plus grandes écoles européennes de jazz et collabore avec des artistes de renom tels Ray Lema, Papa Wemba et Manu Dibango.

* Plus d’infos sur l’artiste : cliquer ici

So Kalmery (voix, guitare) – République Démocratique du Congo

So Kalmery est né en 1955 dans la région de Bukavu en République Démocratique du Congo. Poète, chanteur, multi-instrumentiste, compositeur et danseur, c’est un adepte de brakka music. On dit parfois que la brakka music – musique qui puise sa source dans les rites ancestraux tout en y intégrant des influences urbaines – serait l’ancêtre du rap. Comme le rap, elle est indissociable de la danse. Adepte des échanges culturels, voyageur insatiable à la recherche des racines et des valeurs de l’humanité, So Kalmery navigue entre l’Europe et la Guadeloupe et métisse son brakka music chaque fois qu’il le peut.

* Plus d’infos sur l’artiste : cliquer ici

Lieu: Théâtre de la Ville

12 Place du Châtelet – 75004 Paris

Métro : Châtelet

Tarif unique: 20€

Réservation au: 01 42 74 22 77

Responsable du service des relations avec le public:

Lydia Gaborit

Tél : 01.48.87.59.47

16, quai de Gesvres

75180 Paris Cedex 04

À propos de l'auteur

admin

admin

Laissez un commentaire